À Londres, votre carte bancaire sert de titre de transport

La semaine dernière, j’ai eu la chance de passer un peu de temps à Londres. La ville sœur de Paris dispose d’un système de transport très efficace et comparable à celui de la capitale française : des bus, des métros, des vélos en libre-service…

Je ne m’y étais pas rendu depuis 2012, je me suis donc naturellement renseigné sur les différentes offres proposées pour profiter au mieux des transports sur 3 jours. Et j’ai ainsi découvert le contactless (sans contact) associé au capping. Je trouve le principe à la fois terriblement simple et diablement efficace.

Il existe un bon nombre de supports possibles, à partir du moment où ils sont compatibles NFC : carte Oyster, smartphone, carte bancaire… Mais je vais me contenter de vous expliquer le moyen que j’ai utilisé, à savoir ma carte bancaire.

1. Entrez dans une station du métro londonien ;
2. N’allez pas au guichet ni à une borne ;
3. Sortez votre carte bancaire NFC ;
4. Approchez du portillon ;
5. Posez votre carte sur le lecteur du portillon ;
6. BIP. La porte s’ouvre.
7. Avancez. Vous voilà dans le métro.

Ni plus, ni moins. Aucune formalité préalable, rien d’autre à faire. N’oubliez pas de bipper en sortant.

Maintenant, parlons du capping, qu’on pourrait définir par “seuil maximum”. Si vous utilisez votre carte plusieurs fois sur une journée, vous en bénéficiez automatiquement. Ainsi, votre carte ne sera jamais débitée plus qu’un certain montant. Par exemple, si vous voyagez en zone 1 : chaque trajet vous sera facturé 2,40 £, mais vous ne paierez jamais plus que 6,80 £ sur toute la journée ! Que vous voyagez 5 fois ou 50 fois sur une journée, ça vous coutera 6,80 £. La grille complète des caps est disponible ici.
Pour l’exemple, voici un résumé de mon séjour.

Le 21 septembre, je n’ai pris le métro qu’une seule fois : ça m’a couté 2,40 £.
Mais le lendemain, j’ai atteint le cap : les trajets annotés d’une icône verte ne m’ont pas été facturés (ou bien réduits).

Le tout a été déduit de ma carte bancaire le lendemain.

Simple. Efficace.

En France, à l’heure où la RATP commence seulement à déployer le titre de transport sur mobile (et encore, c’est toujours pas fonctionnel et réservé aux clients Orange), on se dit que la différence technologique est assez abyssale. Mind the gap.

Laisser un commentaire ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.